Histoire

Notre Manoir, Château de Voulangis

 

Il existait autrefois à Voulangis une chapelle placée sous le patronage de Sainte Anne. Elle avait été fondée en 1342, par Guillaume de Voulangis devant la porte de notre Manoir. Elle fut démolie, et à ce moment, le culte, ainsi que le revenir destiné à l’entretien du chapelain (fiel Sainte Anne de Voulangis), furent transférés en l’église St George de Crécy (1732).

On se souvient encore de son emplacement et de la porte latérale qu’empruntaient les habitants du village pour accéder au petit sanctuaire.

Tout près, le long du mur de notre domaine, une source était dite « Fontaine Sainte Anne ».

On trouve également Sainte Anne dans l’église de la Chapelle. Sa présence y fut longtemps discrète, effacée, oubliée même, une vieille statue reléguée dans les combles de l’édifice.

L’enquête menée à son sujet, il y a plusieurs années, nous a mené à Montaudier le Bas, de la ferme, par un chemin qui suit vers l’aval le Rue de la Fosse aux Coqs.

Dans le bois, le long du ruisseau, on voyait autrefois une croix située près d’une source appelée elle-aussi « Fontaine Sainte Anne ».

Il y a subsisté, parmi les anciens, le souvenir d’une petite fête religieuse et d’une procession à travers les bois.

Croix et Fontaine sont dans la dépendance géographique de Montaudier le bas.

La ferme actuelle est la survivance d’une ancienne seigneurie. Le château était entouré de fossés renforcés, d’une palissade et le texte de 1597 qui le mentionne y indique une chapelle.

Sainte Anne de Voulangis et Sainte Anne de Montaudier nous rappellent la dévotion de nos ancêtres envers la mère de la Sainte Vierge.

Rappelons-nous en 1822, la destruction de cette petite chapelle si discrète pendant toutes ces années remplacée par une statuette à laquelle nous aurions tendance à ne pas  remarquer ; elle représente une mère avec un enfant dans ses bras, que penser de nos jours ! (statuette en place aujourd’hui).

Acquisition de Mr Claude Philipe Dumoulin du Lys du terrain en 1853,  et construction du château de VOULANGIS.

Une bâtisse (dénommée maison bourgeoise) de 400 m² qui abritera la famille avec 8 enfants, Dumoulin du Lys ; une dépendance de 120 m² au sol avec 3 écuries, ateliers et à l’étage les chambres pour le personnel du domaine.

Le domaine se lance grâce l’amour familial !

Les Armoiries se créent, une statue en pierre viendra prendre place devant le château  sur la plus grande pelouse (toujours présente) . 

Le 14 février 1867, une adjudication vient perturber le grand silence de ces lieux. La transaction s’effectuera pour 22 000 ancien francs à la fille, Mademoiselle Émilie, Pauline, Anne Dumoulin du Lys épouse de Charles Caussin de Perceval.

Le 07 décembre 1881, Héritage au fils, Monsieur Charles, Pierre, Lucien Caussin de Perceval qui épousera Marie, Joséphine Suremain.

Le 24 Avril 1909, Monsieur fit don du domaine à son épouse ; il mourut à VOULANGIS le 12 décembre 1911, Madame suivie en 1912. Tous les deux furent enterrés sur la commune du château.

De nouveau la suite était compliquée ! Nouvelle adjudication le 09 octobre 1920. Achat de ce présent par la famille Chattenet ;  Pour la petite info le nouvel acquéreur était le fils du jardinier de la famille Caussin de Perceval.

Mr et Mme Chattenet étaient propriétaires d’une entreprise de peinture avec 25 salariés. Tout va bien, le silence reprend rigueur des lieux ! 

Le 26 juin 1936, revente du domaine à la famille Martial-Duchesne.

Le 03 Aout 2017, rachat du  » château de Voulangis  » par Mr et Mme Strehl José et Carole.

Beaucoup de travaux mis en place pour le bon fonctionnement du présent et du futur. La By-Strehl-Family et tout son entourage ont  pour but de faire vivre ces lieux, rechercher l’énergie par la flore présente depuis plus de 300 ans et faire profiter la commune, faire connaitre aux Voulangeois et Voulangeoises cet havre de paix qui prochainement vivra la plantation de 9 000 pieds de vignes parmi les pommiers et poiriers qui ont plus que l’âge à la transmission aux futures petites grappes de raisin.

Merci de la lecture !  A suivre …